L’univers aquatique : aquarium, aquariophilie, et un rêve à portée

L’aquariophilie consiste à reproduire et à maintenir en captivité des animaux aquatiques en mettant en valeur l’aspect esthétique des animaux et du décor. L’aquarium est alors utilisé comme une vitrine sur un monde habité différent, il devient un centre d’attraction qui remplace les photos, les tableaux ou la télévision.

    Le silence et le spectacle vivant en constante évolution captivent l’attention. La reconstitution d’une autre région du monde transporte l’observateur et le fait rêver. L’aquarium offre une lucarne sur un havre de paix, un élément de retour à la nature et libère du stress. Les enfants comme les adultes apprécient le spectacle d’observer de façon quotidienne une nature normalement inaccessible. Il existe des adeptes d’aquariophilie de tout âge, depuis des adolescents jusqu’à des retraités. Ce peut être des néophytes, des amateurs, voire des professionnels ou des passionnés. Les passionnés d’aquarium y consacrent tout leur temps et toute leur énergie.

    Un aquarium demande peu de place, et il permet à des gens qui n’ont pas la place nécessaire pour un chat ou chien de posséder des animaux de compagnie. Les poissons sont des animaux silencieux, ils n’endommagent pas l’habitat et ne dérangent pas les visiteurs.

     Au-delà du simple fait d’admirer des animaux et des plantes, l’aquariophilie consiste à maintenir un ensemble varié de plantes et d’animaux, dont le choix dépend autant des goûts du propriétaire que des caractéristiques de l’eau et du climat : eau de mer, ou eau douce, tropicale ou tempérée. Le pratiquant va rechercher à comprendre et reproduire des règles de la nature, dans le but de maintenir dans son équilibre écologique une tranche de nature reconstituée. 

    Les principales règles de réussite en aquariophilie sont la patience et la rigueur. Pour réussir, il importe d’être conscient de certains principes de base. Trop souvent, les débutants se lancent dans cette aventure et abandonnent éventuellement par manque de succès, de temps et par découragement. Pourtant, s’ils avaient connus ces principes et s’ils avaient reçus de bons conseils, des déceptions et des coûts auraient pus être évitées.

    L’aquarium est un environnement confiné où des déchets (urine, excréments, débris végétaux, excès de nourriture, poissons morts…) sont constamment libérés dans le système. Ces produits azotés sont rapidement dégradés et transformés en ammoniaque (NH3-), soluble dans l’eau et invisible mais très toxique pour les poissons. Un premier type de bactéries « utiles » vont d’abord se charger de transformer l’ammoniaque en nitrites (NO2-) un peu moins toxiques. On ne peut cependant les tolérer dans l’aquarium bien longtemps. À terme, ils finiraient eux aussi par tuer les poissons et sont trop souvent responsables de nombreux décès parfois rangés hâtivement dans la catégorie « inexpliqués ». Heureusement, d’autres bactéries « utiles » vont se charger de dégrader les nitrites et elles vont achever leur transformation en un composant peu toxique cette fois (sauf à de fortes doses), les nitrates. Cette série de transformations s’effectue de manière constante et « en boucle » dans l’aquarium (du moins tant qu’il y aura du « carburant ammoniaque » pour les bactéries), c’est pourquoi on parle de « cycle azoté ».

    Un aquarium récemment mis en eau contient encore très peu de bactéries « utiles ». Ce n’est qu’en commençant à introduire les plantes et les premiers poissons que va pouvoir s’amorcer le cycle de l’azote. Dès leur arrivée, les poissons vont commencer à produire des déchets, qui vont permettre aux bactéries de commencer à se multiplier et de coloniser progressivement le filtre mais aussi le décor, le gravier… La mauvaise nouvelle étant qu’au début, ne disposant que d’une colonie bactérienne très peu nombreuse, les bactéries « utiles » sont encore incapables de dégrader l’ensemble de ces déchets, qui s’accumulent donc dangereusement. On parle alors de « syndrome du nouveau bac » qui peut s’étendre jusqu’à six semaines.

   Certaines façons existent pour en réduire le délais et même rendre le cycle de départ presque inexistant. En eau douce, le départ d’un nouvel aquarium avec de l’eau déjà cyclé (en fonctionnement dans un aquarium depuis assez longtemps) permet de limiter le « syndrome du nouveau bac ». En eau salé, le même principe peut aussi être utilisé mais l’intégration de roches vivantes (pleines de bactéries « utiles ») s’avère très importante. L’appellation de roches vivantes se veut ainsi attribuée à cette propriété qu’on ces roches très poreuses de contenir des bactéries « utiles » et beaucoup plus, comme des oeufs, des êtres vivants et même des repousses de coraux.

   Avant de se laisser séduire par un nouvel aquarium ou de nouveaux habitants, il est important de bien réfléchir. L’espace disponible est toujours pris en compte mais la disponibilité de temps pour s’en occuper et d’argent devraient être des facteurs tout aussi importants. En effet, ce que nous voulons comme poissons et comme plantes en eau douce ou invertébrés et coraux en eau salée, sont des considérations très importantes dans le choix de dimension et d’équipement.

  L’aquarium en eau douce est moins dispendieux à l’achat et à la maintenance. Il est plus simple et plus facile à maintenir. L’aquarium en eau salée peut paraître plus compliqué et c’est normal d’hésiter à s’y adonner. Toutefois, il offre une plus grande diversité de poissons, d’invertébrés et de plantes aquatiques. Les couleurs, les formes et les possibilités sont très variées et beaucoup exceptionnelles qu’en eau douce. En étant bien informé, en faisant preuve de patience et de rigueur, il devient très facile de réussir tout aussi bien qu’en eau douce. 

Nous offrons des conseils éclairés et tous les produits essentiels et nécessaires qui vous aideront démarrer et à maintenir votre bac en santé et cela au plus bas prix. Nous disposons d’une impressionnante variété de poissons et de plantes aquatiques en pleine santé. De plus, nous offrons toute une gamme de forfaits pour l’installation et l’entretien de votre aquarium. Enfin, nous offrons le service « prise en charge » ce qui veux dire que nous prenons en charge l’entretien de votre bac, que nous allons nourrir vos poissons ainsi que vos plantes ou coraux lorsque vous êtes dans l’impossibilité de le faire.

    Que se soit pour un aquarium d’eau douce ou un récif marin, n’hésitez pas à nous faire confiance car avant d’être une entreprise, nous sommes d’abord des passionnés expérimentés qui ont à coeur le bien être des êtres vivants et votre réussite.